Les huiles essentielles et le chat

By Vanessa Gasser,

  Filed under: SANTÉ
  Comments: 10

LES HUILES ESSENTIELLES POUR SOIGNER SON CHAT ?

 

Il était important pour moi d’écrire cet article car les huiles essentielles sont de plus en plus utilisées dans nos maisons et on pense que si c’est naturel, c’est forcément mieux pour nous et pour nos animaux. Internet nous offre d’ailleurs de nombreux conseils pour traiter ou soigner nos petits félins grâce à l’aromathérapie : on pourrait donc supposer que c’est sans risques, et pourtant les récits d’intoxications graves ou mortelles dues à l’emploi d’HE sont légion sur la toile.

Il faut ainsi connaître certains points et être bien informés car naturel ne signifie pas inoffensif…

 

 Les huiles essentielles et le chat

 

Une perturbation importante

Le chat possède un odorat beaucoup plus développé que celui de l’homme : il est donc beaucoup plus sensible que nous aux odeurs, et ce qui sent bon pour nous empeste généralement terriblement pour lui. Les parfums forts – comme ceux des huiles essentielles – couvrent de plus les autres odeurs, gênent (voire empêchent) leur perception et perturbent ainsi le chat qui a besoin de se renseigner constamment sur son environnement, y compris par voie olfactive. S’il n’y parvient pas convenablement dans un air ambiant trop embaumé, il perd ses repères olfactifs et peut changer de comportement, souvent au détriment de ses propriétaires…

Son bien-être général est par conséquent en jeu, et le nôtre également car il n’est pas rare que nos compagnons tentent de recouvrir ces essences perturbatrices de leur propre odeur avec leurs urines… (il en va de même pour la javel, le citron, l’ammoniac, l’alcool, le vinaigre, etc., bref : tout ce qui sent fort).

Quand on vit avec un chat, on tentera alors de limiter la quantité et la puissance des effluves présentes chez soi : il faudra éviter d’utiliser des diffuseurs, sprays, vaporisateurs, … On ventilera largement après utilisation de produits ménagers parfumés, et même mieux, on pourra choisir de nettoyer avec des produits non parfumés (on trouve facilement du savon noir ou des pains de savon sans parfum dans le commerce : on fait couler de l’eau chaude sur ce dernier pour remplir le seau. C’est souvent plus efficace que les produits de nettoyage classiques, plus économique et beaucoup plus sain).

 

Une forte et rapide assimilation de toxines destructrices

La peau du chat est très fine, et de ce fait les HE pénètrent beaucoup plus facilement et beaucoup plus vite chez lui que chez nous ou chez le chien, pouvant lui causer démangeaisons et irritations, mais pas seulement…

Tous les métabolismes ne sont pas conçus de la même façon et Monsieur chat n’est pas capable de produire l’enzyme hépatique qui permet de transformer et d’éliminer certaines molécules comprises dans les huiles essentielles comme les phénols (contenus également dans l’aspirine, le paracétamol et la perméthrine, ainsi également toxiques pour nos félins). L’absence de cette enzyme de détoxification – le glucuronyl-transférase des phénols, qui rend les toxiques solubles – dessert en conséquence fatalement les chats à certaines HE.

Ces substances potentiellement mortelles se stockent alors pendant des jours dans son organisme (principalement dans son foie, où elles détruisent irrémédiablement des cellules hépatiques, qui n’ont en plus pas la capacité de se régénérer comme chez l’humain) au lieu d’être éliminées par la bile ou l’urine en quelques heures. L’évacuation se ferait tout de même, mais partiellement seulement, et de façon très lente : c’est pourquoi les absorptions importantes (via dépôt cutané par exemple) et les expositions sur la durée (comme avec la diffusion) peuvent s’avérer fatales pour nos compagnons.
Les dégâts ne se voient pourtant pas toujours de suite, mais généralement seulement quand le foie est déjà bien attaqué, et il est alors difficile de faire la relation avec l’emploi des HE vu que le propriétaire les utilisait depuis longtemps sans que rien ne soit visible plus tôt sur le chat.
L’intoxication par exposition cutanée est a contrario rapide, donc décelée, car 1 à 2 gouttes d’huiles essentielles phénolées peuvent suffire à tuer un chat.

 

Conclusion

Même si vous utilisez l’aromathérapie depuis un bon moment chez vous sans souci, prenez quelques secondes pour vérifier qu’elles ne figurent pas dans la liste des HE dangereuses pour nos compagnons de vie, car les symptômes n’apparaissent souvent que quand il est déjà bien tard pour garantir une guérison totale sans séquelles…

Ensuite, tant que l’on peut traiter ou soigner son chat avec des méthodes moins risquées pour leur santé, pourquoi hésiter ? Je dirai qu’il faut bien penser aux bénéfices/risques, et les réserver comme dernier recours, quand rien d’autre n’a fonctionné et que la survie du chat est en jeu (dans certains cas, il faut effectivement peser le pour et le contre : un chat qui a le nez bouché refusera de s’alimenter et sa survie est donc engagée. Si des huiles essentielles peuvent déboucher ses voies respiratoires, permettre un retour d’alimentation spontanée et sauver la vie du chat, détruire quelques cellules hépatiques ne sera qu’un moindre mal, et on ne se posera pas la question, un peu comme la chimiothérapie qui est toxique mais peut sauver la vie d’un cancéreux : elle ne sera utilisée qu’en dernier recours car destructrice, mais préconisée quand même si la survie du patient est engagée). Et on laissera toujours uniquement aux vétérinaires spécialisés dans l’aromathérapie féline le soin des choix des HE pour optimiser ses chances de survie et ne pas encore aggraver la situation.
Mais pour ceux qui seraient intéressés, sachez qu’il existe cependant une méthode qui semble sûre et apparemment assez efficace pour nos petits greffiers : l’emploi des hydrolats (dont les eaux florales et élixirs floraux comme les fleurs de Bach). Il semblerait qu’il n’y aurait aucun risque pour nos chats et ils permettraient ainsi aux adeptes des huiles essentielles d’employer un substitut sans risque pour leurs petits compagnons.

 

  le chat et les huiles essentielles


 

Huiles essentielles et chat  Huiles essentielles dangereuses pour nos petits moustachus (attention, liste non exhaustive !) :

 

  • celles contenant des phénols (hépatotoxiques) : basilic, cannelle, cataire, clou de girofle, eucalyptus, origan, sarriette, thym, …

 

  • celles contenant des cétones (neurotoxiques) : lavande, eucalyptus, menthe, romarin, cèdre, sauge, hysope, carvi, immortelle, manuka, …

 

  • celles contenant des monoterpènes : tea-tree, niaouli, menthol, origan, pin, camphre, géraniol, limonène, citral, myrte, angélique, cyprès, épinette, genévrier, laurier, pistachier, sarriette, sauge, agrumes (citron, orange, mandarine, pamplemousse, bigaradier, clémentine, kumquat, bergamote, lime, limette, pomelo, tangerine, combava, lyuzu, cédrat), …

 

  • celles contenant des aldéhydes : cannelle, cumin, eucalyptus, niaouli, verveine, citron, …

 


Par ordre alphabétique
 :

 

Angélique Combava Lime Pamplemousse
Bergamote Cumin Limette Pin
Bigaradier Cyprès Limonène Pistachier
Camphre Épinette Lyuzu Pomelo
Cannelle Eucalyptus Mandarine Romarin
Carvi Genévrier Manuka Sarriette
Cédrat Géraniol Menthe Sauge
Cèdre Hysope Menthol Tangerine
Citral Immortelle Myrte Tea-tree
Citron Kumquat Niaouli Thym
Clémentine Laurier Orange Verveine
Clou de girofle Lavande Origan

 


Liens :

 

Centre anti-poison animal : Les intoxications des animaux de compagnie par les huiles essentielles sont fréquentes. Les cas rapportés (…) touchent principalement les chats (70 % des cas). (…) Les intoxications font donc généralement suite à l’administration de produits insectifuges ou à l’ingestion ou inhalation de produits ménagers, comme des détergents, des lessives ou des parfums d’ambiance.

 

Animogen : Si vous êtes adepte d’aromathérapie et possédez un chat, vous devez savoir que les deux sont incompatibles. En effet, les huiles essentielles sont très toxiques pour les chats. Elles contiennent des molécules qu’ils sont incapables de métaboliser.

 

Wikipédia : « La perméthrine n’est pas tolérée chez le chat (…) l’empoisonnement peut être fatal. Cette intolérance est due à un défaut en glucuronosyltransférase, une enzyme de détoxification commune chez les autres mammifères (ce défaut rend également le chat intolérant au paracétamol et à de nombreuses huiles essentielles). »

 

Wanimo : Certaines intoxications sont dites volontaires, il s’agit de personnes qui ne connaissent pas la toxicité d’un produit et en applique sur leur chat. On observe cela principalement pour le White-Spirit (…) ou encore, pour les huiles essentielles…

 

 

Feedback

  Comments: 10


  1. Bonjour Vanessa, je me suis permise de citer votre article sur mon blog. J’espère que vous n’y voyez pas d’inconvénient. Dites moi. Bonne fin de weekend! =^..^=artine
    http://www.grifelins.com/archives/2015/12/13/33063087.html


    • C’est avec plaisir : plus l’information sera connue, moins il y aura d’intoxications…
      Félinement,
      Vanessa


  2. Bonjour Vanessa,
    ton article m’interpelle puisque je suis une addict des HE, mais possédant 3 chats en intérieur, je fais attention à celles que j’emploie dans mon environnement.
    Là où je m’inquiète, c’est que, dans la mesure où une de mes minettes est atteintes d’asthme chronique, je diffuse une fois toutes les deux semaines quelques gouttes d’eucalyptus radiée par système de chaleur.
    Je sais qu’il existe différentes formes d’eucalyptus, et je sais également que la citronnée et la mentholée sont très dangereuses pour le chat, mais celle ci m’a été conseillée..
    Or, je ne vois pas que tu fais de distinguo .. dois je m’inquièter ??..
    Bien à toi,
    Audrey


    • Bonjour Audrey.
      Je n’ai pas noté les noms latin ni différencié les plantes car souvent les étiquettes manquent de précision et les confusions sont trop nombreuses.
      J’ai simplifié pour la lecture (en latin ce n’est pas évident) et éviter tout risque.
      L’Eucaplytus radiata (radié) ne contient pas de phénols, est donc moins fort en toxicité que d’autres variétés d’eucalyptus, mais il contient de l’eucalyptol et de l’alpha pinène, qui sont des monoterpènes. Je déconseille donc fortement, même en ponctuel.
      Pour l’asthme et les voies respiratoires, pourquoi ne pas utiliser :
      en phytothérapie : le plantain lancéolé (action antiallergique, antihistaminique, antitussive et bronchodilatatrice) c’est LE remède contre l’asthme du chat.
      en hydrolats : principalement pour l’asthme c’est le pin sylvestre et la camomille allemande, mais on aussi basilic doux, lavande vraie, thym à thymol ou linalol, eucalyptus globulus, ylang-ylang, sarriette des montagnes, origan vert, cannelle (écorce), …
      Un petit mélange conseillé pour les voies respiratoires du chat (en hydrolats, bien sûr, mais pas spécialisé asthme) : Inule odorante (150 ml), Eucalyptus globulus (150 ml), Sarriette des montagnes (150 ml) Thym à linalol (150 ml) Romarin à verbénone (150 ml). 2 cuillères à café du mélange des hydrolats dans un litre d’eau : à utiliser en application sur le chat.
      Bonne chance !
      Vanessa


  3. Je viens de chez GRIfélins.
    Merci Vanessa pour cet article fort utile. Je n’utilise pas d’HE pour mes chats mais des Fleurs de Bach.
    Bien chatmicalement.
    Si vous n’y voyez pas d’inconvénient, je souhaiterais aussi partagé votre article sur mon blog.
    Béa kimcat


  4. Coucou Vanessa
    Votre article est sur mon blog.
    Bonne fin de semaine.
    « Chamitiés »
    Béa kimcat


  5. Bonjour
    Merci beaucoup pour cet article très instructif. J’aimerais savoir s’il y a des huiles essentielles que l’on peut utiliser pour assainir l’atmosphère et qui ne seraient pas nocives pour nos poilus.
    Merci !


    • Je n’en connais pas malheureusement : les HE principalement utilisées pour l’assainissement de l’atmosphère sont dans la liste…